Je vous parle dans ce texte "d'être", d'être simplement vous. Sans déguisement, sans armature. La Voie m'a permis de me rendre compte dans quel état j'erre, m'a permis cet état d'être !

 

(II ème partie) Se libérer de l’être que l’on croit être 


 

Paraître

Comme on s’identifie à un rôle, une profession, une apparence, on se perds par la même occasion. Ces rôles, ces fausses identités que nous nous octroyons masquent ce que nous sommes réellement. Nous les utilisons pour plus de facilité, de laisser-faire. Cela nous permet de ne pas nous mettre à nu devant un acte déplaisant, qui nous blesse par honte, par abaissement. C’est ce que nous croyons en tout cas. Cette honte a grandi en nous, depuis notre tendre enfance. 


 

Ce conditionnement d’être le meilleur coûte que coûte s’est forgé en nous. 


 

Cette peur de ne pas être "assez, assez fort, assez performant"  nous plonge dans la honte. Cette peur nous amène a adossé des rôles. En faisant ainsi, nous pensons nous protéger de la nudité de notre identité. Nous croyons à tort qu’elle est imparfaite, incapable, mauvaise. 


 

Etre

Je me rends compte qu’elle est tout le contraire, tout l’inverse de ce que je croyais. Penser, croire sont des verbes qui nous illusionnent. On ne réalise pas la valeur de notre être. Je découvre petit à petit cet être. Pratiquer l'Enseignement de La Voie me permet d’être, sans paraître. Juste d’être.

 


J’ai deux mots qui me viennent à la bouche: « Merci et Émerveillement ». Merci pour ton Enseignement, pour Ta Guidance qui me permet de progresser à vitesse grand V. C’est riche dans tous les sens, dans tous les actes quotidiens, dans L’Observance des trois piliers de La Voie, dans les valeurs de L’Agya.

 

 

Cet enseignement englobe l’être dans son entièreté: de l’âme, du corps et du mental. Pour se faire, il est nécessaire que tout rentre dans l’ordre, en corrélation, en résonance . Je me rends compte qu’il faut qu’il y est une certaine harmonie, une symbiose pour que tout s’emboite à la bonne fréquence du Saint-Nom, sur la même note, que tout s’assemble pour ne former qu’un seul est même être et non-être. 

 

 

Émerveillée par ce que je vois, de mes propres yeux.

Voilà la différence entre la croyance et la spiritualité !

En faire l’expérience ! 

 

 

Tous ces grands livres par exemple le Bhaktigamàrga, pour ne nommer que lui, nous parle de cette Lumière intérieure. La voir, c’est être émerveillée par cette tache blanche à l’intérieur de soi, qui grossit d’instant en instant, quand on est focalisé sur Elle. Quand notre attention est suffisamment stable, pour ne rien faire d’autre que de regarder. 

 

 

Émerveillée, quand on a connu que le noir des ténèbres. Quelques fois des flashs de Sa brillance éclatante viennent nous surprendre pour repartir de suite, comme pour nous faire nous rendre compte qu’Elle est effectivement là ! Si nous voulons La voir, nous devons nous soumettre à Elle. 

 

 

Comment faire ? Comment faire pour nous soumettre à La Lumière intérieure

 

 

C’est là, que ton Enseignement rentre en compte. C’est Toi, qui nous permet, de briser nos attachements, nos croyances, nos concepts, nos doutes et souffrances, de lâcher-prise par ces fabuleuses techniques, pour que cette Lumière, qui est Le Saint-Nom en Personne, par cette soumission, comme de faire taire notre mental, par la pratique de La Voie, nous permette de rentrer en contact avec Elle.  

Retour à l'accueil